Un Hacker en tête des Charts

Temps de lecture: 4 min

Visuels des albums de John Matrix et de Prester John

 

John Matrix et Prester John sont 2 « artistes » totalement inconnus, sans talent, sans production, sans aucun accompagnement, sans aucune promotion, pourtant, ils ont tous deux squatté la tête des Charts australiens des écoutes en ligne pendant 1 mois, au printemps dernier. Avec plusieurs de leurs « tubes », ils ont même surclassé des stars internationales comme Nicki Minaj, Pink ou encore Macklemore.

« Three Magi », l'unique album de Prester John comporte 49 titres pour une durée totale de... 13 minutes et 14 secondes. Il s'est hissé sur la première marche du podium en quelques jours seulement et « Where's My Chenny ?  », l'album de John Matrix, qui comporte quant à lui 50 titres pour une durée totale de 26 minutes, l'a rejoint en seconde position peu de temps après. Musicalement... les 2 albums sont à l'image des visuels de leurs pochettes ci-dessus, voire pires. Selon un auditeur ayant pris le temps de laisser un commentaire avant de passer son chemin c'est : « Des boucles, salement mixées, qui saturent de partout, des samples horribles, ça sonne peut-être bien sous cocaïne, comme quand ça a été fait, mais ce n'est pas de la musique ! ».

John Matrix et Prester John sont en fait la même et unique personne : Peter Filimore, un hacker australien et expert en sécurité des paiements électroniques. Entendant partout que « le streaming va tuer les artistes », il a voulu enquêter, à sa manière. N'étant pas du tout musicien, il a utilisé des algorithmes pour créer ses « chansons », patchworks sans queue ni tête de bouts de fichiers MIDI datant d'un autre âge pour l'album de Prester John,  auxquels il ajoute des séquences audios issues du domaine public pour l'album de John Matrix (album que l'on peut d'ailleurs toujours écouter sur le site de Filimore, les albums frauduleux étant dorénavant inaccessibles sur les plate-formes légales).

Une fois les albums publiés sur différentes plate-formes de streaming (Rdio, MOG, Spotify...), il loue 3 petits serveurs virtuels dans le cloud d'Amazon, puis à l'aide d'un simple script bash lancé sur les serveurs, il simule 3 auditeurs écoutant ses propres morceaux 24h/24-7j/7, durant 1 mois entier, près d'un million d'écoutes simulées.

Bien que certains sites aient rapidement suspendu son compte (MOG, Spotify), d'autres ont mis beaucoup plus de temps à réagir (Rdio), Filimore suspecte que ces suspensions soient dues à des signalements manuels d'utilisateurs ayant reniflé la supercherie plutôt qu'à une détection automatisée des fraudes (en particulier pour Rdio). Dans la plupart des cas, les messages lui notifiant la suspension de son compte n'apportaient aucun détail sur les raisons de la suspension, et les relances du hacker pour avoir plus de détails sont restées sans réponse. Le hacker imagine alors que l'on pourrait en quelque sorte « DDoS » un musicien rival, envoyant des bots gonfler ses écoutes, puis signaler, l'air de rien, aux administrateurs du site qu'il y a surement une fraude sur le compte du rival, dans le but de le faire suspendre et de faire ainsi disparaitre ses œuvres de la plate-forme. Filimore a également averti que, même si son expérience s'est déroulée à petite échelle, dans les conditions actuelles, il serait aisé de monter un système bien plus discret et complexe et d'organiser une fraude aux royalties de grande envergure.

Filimore a fait une troisième et dernière tentative, cette fois avec un album intitulé « Kim Jong Christmas », mélange improbable (et insupportable) de chants de Noël, pris dans le domaine public, et entrecoupés par de la techno douteuse des années 90... Dans les topcharts de Rdio en quelques jours. Pour un investissement de 30$ pour la location 3 serveurs, avec ses 3 « albums », il a généré 1000$ de royalties en 1 mois, sachant que Spotify, par exemple, redistribue environ 0,005$ par écoute et que 20% des titres disponibles n'ont même pas été joués la moindre fois, ce qui amena l'expert à ironiser, lors de sa présentation durant la Ruxcon Security Conference de Melbourne, les 26 et 27 Octobre derniers :

« Il s'avère que si vous voulez gagner de l'argent dans la musique, en faisant de la musique, vous faites fausse route ! »

 

A Kim Jong Christmas

Pochette du 'faux -album' « A Kim Jong Christmas »

 


 

Un enregistrement vidéo (de mauvaise qualité) de la présentation de Peter Filimore lors de la Ruxcon 2013 :

Lire aussi:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.