De la Manif’ et de l’Indignation.

Temps de lecture: 7 min

 

 

De la Manif' et de l'Indignation.

 

Non…
Ce n'est pas le peine de me le demander, je ne viendrais pas à la manif.
Tu peux me faire les gros yeux, ça n'y changera strictement rien.

Tu auras beau me dire que c'est la seule manière de faire avancer les choses de nos jours, je te répondrai que personnellement, je n'y crois pas. Là, pour me convaincre de te suivre dans cette folle aventure, tu pourras aussi évoquer le fait que «c'est Beau» de se rassembler dans la rue, de défiler main dans la main pour une cause commune, et là, je répliquerai quant à moi, que la beauté, et bien, c'est vraiment subjectif.
Je pourrais aussi en rajouter un brin en disant que tout cela n'est que du folklore pour se donner bonne conscience, que souvent ça n'va pas plus loin qu'un petit feu de paille.
Pour exemple, je pourrais même prendre ces manifestations ayant eu lieu juste après les dramatiques évènements du 7 janvier. Un massif rassemblement de sensibilités, un élan de tristesse et de solidarité d'où naquit le fameux slogan fédérateur « Je Suis Charlie ». Non, je ne referai pas le débat sur ces trois mots, d'ailleurs je ne ferai pas de débats, ceci est un avis, un point de vue sur les manif'. Je veux juste en venir à cette question :
Pensez-vous que ce défilé plein de compassion (et conduit par une belle brochettes d'opportunistes politiques de tous bords), a rendu le peuple français meilleur ?
Croyez-vous vraiment que cette marche, motivée par de bons sentiments, empreinte d'égard pour la vie et la liberté d'expression a réellement fait évoluer l'esprit du peuple français ?
Trouvez-vous qu'il s'intéresse d'avantage aux poètes retenus captifs à cause de leur art, à ceux qu'on fouette ou lapide pour leur pensées, à toutes les autres injustices que nous ne devrions plus laisser passer ?

Que nenni…
En tout cas moi je ne le pense pas.

Je pense que tout est retombé comme un soufflet, tout comme les ventes de Charlie, maintenant que l'odeur de poudre des armes à feux s'est dissipée. J'irais même plus loin dans le négatif en disant que l'unique chose qu'il restera de ce bel élan, de cette vague de compassion, ce sont les lois sécuritaires, toujours plus dures, que notre gouvernement a fait passer en surfant dessus.
Attention, je ne crache pas sur les gens qui manifestent, ne vous méprenez pas, je sais qu'il y a des gens biens sous certaines banderoles, des personnes de valeurs qui arpentent le bitume avec foi, et je respecte ça, mais il faut hélas de tout pour faire un monde.
C'est pour cette raison que dans les manifs, il y a aussi des réactionnaires du pire acabit, des gens pleins de haine et aigris, qui usent de leur temps libre pour nuire au bonheur d'autrui, au nom du « bonheur pour tous ».
Oui, car il ne faut pas oublier que s'il arrive qu'on manifeste « pour » une cause, afin de la soutenir, le plus souvent, ça marche en rang d'oignons « contre » une cause, une loi, un traité, un plan social qu'en sais je… Et là interviennent de drôles de mélanges, de cohabitations, de récupérations politiques douteuses ; tout un cirque auquel je ne veux pas être mêlé.

De plus, je hais les bains de foule et même si je ne me le suis jamais fait diagnostiquer par un pro, je pense être un bon gros agoraphobe, ce qui vous en conviendrez est une bonne raison de plus pour ne pas me rendre à un de ces rendez-vous trop populaires à mon goût.
Une autre raison, de taille également, est que je ne pense pas que l'indignation du peuple puisse influer sur les décisions de son gouvernement ou sur celles des grands lobbys de l'industrie. Je ne pense pas qu'en allant marcher contre Monsanto, on lui fasse mal. Non. Même pas un gravier dans sa godasse. Je pense que tant que nous ne marchons pas directement dans ses plates-bandes, Monsanto s'en fout royalement qu'on use nos semelles sur le bitume des grandes métropoles.
Cela ne touche pas son portefeuille, n'empêche pas ses laboratoires de tourner, ni ses OGM de se vendre et de pousser, ni ses brevets d'être déposés, en gros, son règne de perdurer.

En fait, l'indignation ne suffit plus. Pétitions, manifestations, pipi de chat.

photo : Tomagnetik (//blog.unfamousresistenza.fr/regarder/arts-mixtes/tomagnetik-artiste-activiste-urbain/)Des pétitions et des manifestations passives n'empêcheront pas le barrage de Belo-Monte de se construire, ni le Tafta de rentrer en vigueur.
Nos élites se foutent bien de notre humeur et de nos tracas, même de notre avis, ils s'en frottent l'oursin contre la nasse.
A la limite, c'est triste à dire, hélas, mais la seule manif' efficace, c'est celle où ça casse.
Premièrement car bien plus souvent que son homologue pacifiste, elle attire l'attention des médias de masse.
Attention là encore, pas d'erreurs d'interprétation !
À aucun moment je ne dis « il faut casser dans les manif' », je dis juste que si le but d'une manifestation est d'attirer l'attention du public, alors ça marche bizarrement beaucoup mieux lorsque des Black Blocks sont dans la troupe, quand des vitrines de banque se fissurent, quand ça part en levrette en fait. Sinon, c'est juste une parenthèse de deux minutes aux infos, et au sein de laquelle les organisateurs du défilé et les autorités ne sont jamais d'accord sur le nombre de participants au rassemblement.
Par contre la manif' qui dérape, elle se retrouve sous le feu des spots sensationnalistes !
Et oui, dans nos divertissements comme dans nos actualités, nous apprécions la violence, le scandale, mais c'est une autre histoire.                  
Restons plutôt concentré sur les Manifestations et leur moteur principal qu'est l'Indignation, le Mécontentement. À une autre époque de ma vie, où j'avais moins de recul, je vous aurais dis que ces deux sentiments étaient sains dans la mesure où ils précédaient l'action, voire la révolte, mais dorénavant , âgé de presque 40 ans, je me rend compte que non… Le français est juste un éternel ronchon… Et ceux qui se décident à passer à l'action sont très rapidement victimes de diabolisation…

Prenez les Zadistes.
On leur colle déjà l'abjecte étiquette de « Djihadistes Verts »…
Bordel de crottes d'hirondelle… Ce monde est d'une stupidité mortelle…
Ça c'est sur, une ZAD c'est un peu plus extrême qu'un défilé du dimanche où l'on prend sur son temps de repos pour aller bougonner....
Sur une ZAD, si vous m'passez l'expression un tantinet machiste, « Ça porte ses Couilles » !
Ça prend des risques, ça défend une zone, ça résiste, sur la durée.
En fait la ZAD, c'est un peu les travaux pratiques de la manif', le next level, et c'est surtout un concept politique avec lequel il va falloir dorénavant composer.
Un mouvement porteur d'un nouveau modèle de société où s'implique des gens qui désirent aller au delà de l'indignation, qui sont pour la plupart prêt au sabotage, à l'action direct.
Et cela fonctionne, cela retarde les échéances de projets pharaoniques, relance des débats écologiques… mais le prix à payer, c'est de la casse, de la violence, de pauvres gens qu'on malmène ou qu'on tabasse… sauf que contrairement à celui qui se fait matraquer la ganache dans la rue par un CRS qui n'attendait que ça, le Zadiste lui à une réelle utilité ne serait ce que par son encombrante présence sur le lieu d'un chantier. Le manifestant citadin lui n'est qu'un sac de frappe pour flics bourrins, une cible à flash-ball et coups de tonfa, du point de vue des élites, un rat qui défile dans l'égout.

Alors oui, ça fait peut être du bien a certains de se sentir moins seul à être mécontent, oui la solidarité c'est une bonne chose en soit, mais elle peut s'exprimer de bien d'autres manières moins grégaire cette solidarité, en lâchant plus souvent une pièce à ce vieux dans le métro, en préparant un p'tit sandwich pour cet autre antique SDF qui pionce tous les soirs dans votre rue, comme on le veut en fait. Le plus important pour l'avenir de nos sociétés, à mon humble avis, c'est de dépasser l'indignation , de lui substituer initiative, action. À ce propos et pour finir, en voici une belle d'initiative, que j'ai repéré sur le web il y a peu, l'asso est toute neuve, elle s'appelle « Réchauffons corps et cœurs », et elle fera fermer le caquet à tout ceux qui pense que « jeunes des quartiers » rime automatiquement avec « branleurs ».

Merci d'avoir pris le temps de me lire sur votre écran,
Votre serviteur,
Gab'

Lire aussi:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *