Le petit monde de la musique et ses idées reçues

Temps de lecture: 7 min

par Dom "The Bear" Recht

 cc

 

Perso, étant comme pas mal d'artistes dans le petit univers de la musique dite "libre", enfin Creative Commons et ses diverses subtilités, il y a une première idée reçue qui m'a vite gonflée, et elle venait curieusement des auditeurs potentiels, à savoir :

"Hein ? Tu vends pas ta musique ? Ah si, mais si on veut payer seulement ? Ben alors, ça doit pas être terrible !!"

Bon, la mienne, de zic, on s'en fout, et j'ai les épaules larges, et puis je ne vais pas pleurer devant vous (un câlin svp, snirfff !!), mais force est de reconnaître que cette idée reçue est une bêtise de taille internationale.... mince, il suffit de se promener sur les divers sites CC en vigueur pour se rendre compte qu'il y a des cadors de classe internationale dans tous les styles musicaux....et sous prétexte qu'on ne paie pas, c'est suspect de médiocrité ? C'est ce que j'appelle en moi même "le syndrome Office" ….

 Mais si, vous savez, la suite logicielle de Krosoft qui vous coute un bras, que vous avez sur votre ordi au bureau, vendu avec votre pc à la maison ou (pas bieeen !!) vous avez soutiré à votre ami monsieur Torrent Crack ? J'ai l'habitude d'expliquer à mes interlocuteurs un peu niais en la matière que mince, ils utilisent aussi Open Office, fait par une boite de classe mondiale en matière de softs (Oracle, quand même) , et qui fait en gros aussi bien pour pas un rond et en toute légalité, et ça ne dérange personne....alors pourquoi ce qui est gratuit serait nullasse, et quoi encore ?

 Je suppose que cela doit venir d'une autre idée reçue, à savoir : ce qui est rare est cher, et comme c'est rare et cher c'est bon, génial, à posséder absolument, etc... Steve Jobs l'a bien compris en utilisant cette stratégie pour nous fourguer divers appareils hors de prix, certes mignons et devenus indispensables... enfin, pas chez moi, je hais Itunes lol....

 

Ce qui est rare et cher est génial, et quoi encore ? Exemple idiot : le caviar. Vous aimez ? Pas moi, et je crois qu'on est nombreux, et/ou qu'on n'ose pas le dire...

En musique, ce type d'idée reçue peut même circuler à fond la caisse chez les musiciens et compositeurs, et aussi chez les écrivains, si, regardez : on taxe souvent les écrivains et musiciens prolifiques de vendeurs de daube, et dans notre chère France en tout cas on considère que la valeur artistique vient a priori d'un long accouchement, d'un truc dur à éjecter, dans la douleur et la réflexion intense, dans un cri, et que le reste, ben, c'est du discount. Alors je veux bien que certains artistes et écrivains nous pondent ainsi, dans un cri primal, la douleur et le temps, de véritables bijoux, mais à faire une règle de cela , vous me foutez à la poubelle, en vrac, des Mozart, Bach, Mike Oldfield, Alexandre Dumas, Asimov, Picasso, San Antonio et j'en passe... pas d'accord !!

Et pendant qu'on y est, pourquoi ne pas être un artiste qui fait de la bonne daube tout en prenant un pied infernal et dans la joie, hmmm ? C'est interdit ? Faut pas ? Allons plus loin : et parce qu'on créée rarement, pour autant on ne créé pas des bouses ? Hé si, désolé, ça arrive aussi.....

 

On a tous à un moment ou à un autre râlé contre les usines à stars OGM , en vrac, la Star Ac et consorts.... perso, j'ai même tenté un moment, on fait tous des erreurs, l'aventure sur Akamusic, où un tas de gentils artistes sont venus me faire des gentils messages, en gros du genre :

"Salut, je suis un artiste avec un prénom (ben oui quoi, comme Raphael, Grégoire, Benjamin....ah non, lui il s'appelle Biolay lol)), j'aime ta musique (tu as mis ton profil 33 secondes avant...) et je te propose d'écouter mes morceaux et de devenir mon ami, je fais en effet de la nouvelle musique française et je pense apporter un son et un ton différent"

Bref, à force d'être spammé par tous ces clones à prénom et consorts, je me suis barré de là...et en plus, avec mes synthés, je n'étais pas du tout dans le move de ces futurs poussins de RTL2 et NRJ...

 Bref, comme Decathlon fait de nombreux T shirts de qualité à pas cher, oui, on peut revendiquer pour un artiste d'être prolifique, de qualité et dans la joie, et hop !! Sinon, on serait tous en polo Lacoste à écouter du Léo Ferré dans le noir... Aargh...

Tiens, on a parlé de la musique libre, et de leurs artistes, dont je fais avec fierté partie....deux autres idées reçues là dedans , que je vous livre : la première, celle qu'un compositeur de zic libre est contre le fait de gagner de l'argent avec son talent : et quoi encore ? Perso j'ai ce qu'il faut à côté, et je peux prétendre ma passer, en gros, de vivre avec ma musique, mais Dieu merci, il me semble, on a toujours accepté de payer un bon menuisier, on paie la facture d'un dentiste talentueux, on règle sa place de théâtre avant même de savoir si on va applaudir ou huer, alors quoi, on ne peux pas tenter de gagner sa vie en tant qu'artiste, y compris en licence libre ?

Curieusement cette idée étroite jaillit non pas d'une masse d'auditeurs qui collectionnent comme des gorets sur leurs disques durs des albums par centaines, mais par un certain nombre de penseurs ( artistes ou pas ) de la zic libre qui jettent des choux pourris sur les vilains vendus qui veulent faire des brouzoufs. Pourquoi ? Simple : comme pour eux les majors du disque sont le grand Satan, et il faut reconnaître que les majors , et leur copine la SACEM, se débrouillent bien pour se faire haïr des artistes, ma foi tous ceux qui unissent musique avec bénefs sont avec l'ennemi...

Soyons sérieux....on ne reproche pas à l'industrie du disque de gagner sa vie, mais sa façon de faire et de verrouiller tout en leur faveur, sans laisser de place et de visibilité réelle à la grande variété du paysage artistique. Et sur certains sites et forums, cette idée là a la vie dure...

Unfamous a bien raison de signaler qu'on étouffe sous la compartimentation des genres musicaux et autres pour étiqueter les artistes. Et là aussi, entre les majors qui simplifient à l'extrême les genres et le monde musical qui invente 30 néologismes stylistiques par an, ça craint...
Du coup, perso, je me bidonne quand j'entends ma belle fill de 17 ans dire : "Ah oui, moi j'adore l'Electro" …et en fait d'Electro, elle me parle des Black Eyed Peas remixés par Guetta ou de ce dernier tube Italo Dance "Takata" et autres sottises NRJisantes...

Et d'un autre côté, n'y a-t-il pas un snobisme certain chez les artistes à se donner des styles carrément improbables ?? Suis moins bon et moins innovateur underground si je fais du Punk que de dire que je fais du Néo-Slashy-Vomitorial-Grindcore ? (cherchez pas sur Wiki, c'est une connerie inventée à l'instant héhé…)

Revendiquons svp le mélange des genres, l 'anti-cataloguage, mais aussi le droit d'être conforme et standard si on veut, l'essentiel étant d'être soi et de se faire reconnaître comme tel par le public. Comme disait mon grand père, véridique : "vieux con ce n'est pas un âge, c'est une attitude". Artiste bossant par ailleurs dans les bahuts, je n'ai pas le choix, il faut que je fasse semblant d'être un jeune imbécile encore longtemps pour au moins comprendre les boutonneux dont j'ai la charge, sans parler des 4 miens....et vous savez ce qui se passe : à force de faire semblant...

 

Allez, à peluche tous, en n'espérant pas avoir saoulé trop de monde !!

Dom l'ours.....

 

Image

 

 

Lire aussi:

5 commentaires sur “Le petit monde de la musique et ses idées reçues

  1. Salut, c'est moi le relou de service !
    OpenOffice a été créé par la boite Sun Microsystems (à qui on doit Java). Le rachat de Sun par Oracle à plutôt sonné la fin du projet.
    La communauté OpenOffice.org s'est détaché d'Oracle et a créé une fondation indépendante, The Document Foundation, pour poursuivre le projet sur une base plus communautaire sous le nom de LibreOffice.

    Comparer les logiciels libre et la musique sous licence CC c'est une grave erreur !!!!
    Les licence des logiciels libres impliquent l'accès au code source, le droit de le modifier et de le redistribuer. Je ne connait (malheureusement) aucun artiste sous licence CC qui ouvre totalement ses sources et qui permettent de librement les modifier et de les redistribuer. Tout au plus on a droit a 8 pistes séparées mais déja mixées, mais jamais accès aux prises brutes, au montage Logic/ProTools, au mastering.....
    C'est très bien de faire de la musique avec des licences de libre diffusion, mais il ne faut surtout pas comparer ça intégralement avec les logiciels libre.

  2. ah y'a NIN (dont Reznor vient d'annoncer la résurrection d'ailleurs) qui ont publié leurs derniers albums sous licence CC-BY-NC-SA et mis pas mal de sessions studio à disposition ( http://remix.nin.com/ ), j'en ai croisé d'autres, mais ça reste anecdotique pour la matière "brute", c'est vrai, alors que c'est la base pour le logiciel libre. Je comptais aborder justement les différences entre "le monde du logiciel libre" et "le monde de la musique libre" dans un prochain article, mais j'ai pas encore réfléchi sur comment tourner la chose.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.