Lydia Dekker, Sculpture « Douce-Horrible »

Temps de lecture: 3 min

L'artiste néerlandaise Lydia Dekker s'est découvert une passion pour la sculpture en 2008, pendant ses études d'art, alors qu'elle travaillait sur des collages et des sculptures tri-dimensionnelles. Ses sculptures se composent d'assemblages d'objets de la vie de tous les jours, de jouets et d'accessoires manufacturés recouverts d'une nouvelle peau. Après son diplôme, elle poursuit son travail sur ce médium pendant plusieurs années puis, alors qu'elle est en train d'explorer de nouvelles pistes, elle découvre l'argile sèche, et commence à fabriquer des personnages d'outre-mondes. La sculpture devient une addiction pour Lydia. Ses travaux figuratifs sont sculptés avec sensibilité, netteté et régularité ; ils sont tout à la fois humains, mythiques, bestiaires et possèdent un caractère ludique.

Son inspiration intègre la mythologie, la culture pop, la culture pop japonaise et le design contemporain. Les motifs et l'utilisation des couleurs confèrent à ses sculptures un aspect onirique et extraterrestre et, bien que non-réalistes, ces créations surréalistes, parce qu'elles capturent l'émotion humaine, sont habitées par un souffle de vie.


 7326947122_3f2348dd58_c

 

-Peux-tu définir ton art en cinq mots ?

Doux-horrible, personnages figuratifs et sculptures.

 

-Comment es-tu arrivée à la pratique de cet art ?

Avant d'entrer aux Beaux-Arts, je dessinais déjà d'étranges personnages d'outre-mondes. Après mon diplôme et pendant plusieurs années, j'ai fait un paquet de trucs bizarres, mais sans aucun but ni direction. J'avais perdu le fil de ce qui m'avait inspirée par le passé et de ce qui m'avait initialement poussée à devenir artiste. J'en avais marre de vouloir faire de l'art et j'avais envie de redevenir créative, pour le plaisir. Alors j'ai recommencé à faire des choses qui me rendaient heureuse, sans trop me prendre la tête. Quand j'ai découvert l'argile sèche j'ai immédiatement accroché et les personnages sont venus naturellement.

 

-Quels matériaux utilises-tu pour créer tes persos « doux-horribles » ?

Pour les petits persos j'utilise un polymère, Super Sculpy Firm, qui est mon préféré. Les personnages plus grands et les sculptures sont fabriquées à partir d'argile sèche sur armature. J'utilise : Das, Premier, PaperClay (« glaise-papier ») et de l'argile Epoxy. Pour les grandeurs-nature et les sculptures géantes j'utilise aussi du béton et du plastique. Pour les armatures je me sers de toutes sortes de matériaux. Ca dépend de la taille et de la forme de la sculpture que je veux faire. J'utilise de la peinture acrylique et des tissus de toutes sortes et pour les petits persos je me sers de verre et d'yeux de poupée en acrylique.

 

-Si tu étais une chanson ? -Un livre ? -Un film ?

Je n'arrive pas à m'imaginer en chanson, livre ou film. Aussi déprimant que cela puisse paraître, la vie me force à intégrer le fait que je suis née dans le « monde réel ». La sculpture est un super moyen d'échapper aux soucis et à la pression du quotidien.
Il y a tant de grandes chansons, livres, ou films... ce n'est pas facile de choisir mes préférés.
Les reprises de « Hurt » et « Waiting for the miracle » de Leonard Cohen par Johnny Cash sont probablement deux de mes chansons préférées en ce moment.
 Le Meilleur des Mondes d'Aldous Huxley et 1984 de G. Orwell sont sans doute deux de mes livres préférés.
The Cremaster Cycle de Matthew Barney, Eraserhead de David Lynch et Videodrome de David Cronenberg sont parmi mes films préférés.

 

Traduit de l'anglais par Hélène Iannone.



Contact :
Site Personnel

 


Lire aussi:

Un commentaire sur “Lydia Dekker, Sculpture « Douce-Horrible »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.